Trois sangs neufs

Trois sangs neufs c’est un récit centré sur deux puis trois personnages, pour qui la fuite est le point de départ vers une plus grande authenticité : supposée, souhaitée, fantasmée. Chacun d’eux cherche à quitter la ville et à liquider sa part d’ombre : un deuil prématuré, une paternité cachée, une rupture mal assumée. Si les deux premiers, le narrateur et Jean, vont entraîner dans leur lente descente vers la Lozère le troisième, Rémi, c’est par leur conviction généreuse et mystérieuse que la vie ne se résume pas à la poursuite d’une carrière dans la lignée de leurs études (supérieures) mais dans le travail agricole.

Mais cette aventure n’est pas celle d’un trio de bobos chanceux pour qui le retour à la terre signe la réconciliation avec eux-mêmes ou la rédemption personnelle, non, cette aventure va les mener dans cette ferme abandonnée des Farges qui sera le terme dramatique de l’expérience, un point de chute profond et sans solution au milieu de nulle part.

Je me suis astreint dans ce récit à une grande exigence de style qui je l’espère attirera votre attention, avec des dialogues très directs, des passages mélancoliques mais qui laissent la part belle aux récits secondaires et notamment à l’histoire d’une de leurs rencontre, Amédée.

Trois sangs neufs – Nicolas SAUTEL-CAILLE (2017)

Laisser un commentaire